• lundi , 14 octobre 2019

Le cancer des ovaires : une tumeur redoutable

Chaque année, en France, une femme sur 70 sera victime du cancer des ovaires. Jusqu’ici, il est la quatrième cause de décès chez le public féminin. Comme toute autre tumeur, il est possible de limiter les effets de cette maladie si on la diagnostique assez tôt. Malheureusement, dans la majorité des cas, les cellules cancéreuses sont décelées trop tardivement. Ce qui rend le traitement complexe et réduit les chances de survie.

Quelques signes pour reconnaitre le cancer ovarien

Le cancer des ovaires appartient à la famille des tumeurs gynécologiques la plus redoutée au monde. En effet, une fois identifiée, cette maladie laisse rarement à ses victimes plus de cinq ans de survie. Ceci est dû au fait qu’elle est souvent diagnostiquée trop tard. Dans 90% des cas, le cancer est dépisté à un stade avancé. Or, à cette phase-là, les cellules se sont déjà développées dans tout l’organisme, rendant le traitement plus difficile. Toutefois, quelques signes devraient inciter les femmes à consulter rapidement un spécialiste.

cancer des ovaires

Parmi les symptômes les plus récurrents, on compte particulièrement la perte de poids hors régime. Cet amaigrissement précoce s’explique par la diminution de l’appétit et les vomissements fréquents. Par ailleurs, la personne malade peut également sentir des indigestions et des sensations de ballonnements après chaque repas ou grignotage. Aussi, il faut être attentive aux saignements en dehors des périodes menstruelles. Il s’agit souvent d’un signe annonciateur d’un problème gynécologique. En effet, en dehors des grossesses où elles sont parfois considérées comme normales, les métrorragies indiquent la présence d’une maladie grave, dont le cancer des ovaires.

Traitement du cancer ovarien : les approches à la portée des femmes

Depuis de nombreuses années, la chimiothérapie a permis quelques rémissions appréciables. Ce traitement est indispensable dans la majorité des cas de cancers ovariens. Par ailleurs, il est souvent accompagné d’une chirurgie complète ou partielle selon le stade de la tumeur. Grâce à l’association de ces deux méthodes, près de 40% des malades parviennent à survivre quelques années. L’ablation d’un ovaire ou d’autres tissus permettent de supprimer tous les foyers tumoraux.

Toutefois, même avec de telles avancées, le taux de survie de cinq ans reste encore assez faible. Ainsi, pour augmenter les chances de rémission, il convient d’employer tous les moyens. L’approche Beljanski a déjà démontré son efficacité chez certaines patientes. Agissant en synergie avec la chimiothérapie et la radiographie, les extraits naturels de Beljanski permettent de limiter la croissance des cellules cancéreuses. En savoir plus sur https://www.beljanski.info/.

 

Par ailleurs, consommées d’une manière régulière, ces substances favorisent aussi l’apoptose et l’éradication complète de la tumeur. Les expériences ont également montré que ce traitement réduit les risques de rechutes. La consommation de ces extraits ne représente aucun danger pour la santé. Toutefois, il convient toujours de demander l’avis de son cancérologue avant de commencer une cure.

Related Posts